• Pâques

    Pour Pâques, voici un poème d'Emile Verhaeren (1855-1916), poète belge flamand, d'expression française.

     

    Pâques

        Photo prise à la Chocolaterie de Beussent (Pas-de-Calais)

     

    A Pâques

     Frère Jacques, frère Jacques,
    Réveille-toi de ton sommeil d'hiver
    Les fins taillis sont déjà verts
    Et nous voici au temps de Pâques,
    Frère Jacques.

     

    Eperlecques

       Forêt d'Eperlecques (62)

     

    Au coin du bois morne et blêmi
    Où ton grand corps s'est endormi
    Depuis l'automne,
    L'aveugle et vacillant brouillard,
    Sur les grand-routes du hasard,
    S'est promené, longtemps, par les champs monotones ;
    Et les chênes aux rameaux noirs
    Tordus de vent farouche
    Ont laissé choir,
    De soir en soir,
    Leur feuillage d'or mort sur les bords de ta couche.

     

     Eperlecques

       Forêt d'Eperlecques (62)

     

    Frère Jacques,
    Il a neigé durant des mois
    Et sur tes mains, et sur tes doigts
    Pleins de gerçures ;
    Il a neigé, il a givré,
    Sur ton chef pâle et tonsuré
    Et dans les plis décolorés
    De ta robe de bure.

     La torpide saison est comme entrée en toi
    Avec son deuil et son effroi,
    Et sa bise sournoise et son gel volontaire ;
    Et telle est la lourdeur de ton vieux front lassé
    Et l'immobilité de tes deux bras croisés,
    Qu'on les dirait d'un mort qui repose sous terre.

     

    Pâques

     

      Frère Jacques,
    Hier au matin, malgré le froid,
    Deux jonquilles, trois anémones
    Ont soulevé leurs pétales roses ou jaunes
    Vers toi,
    Et la mésange à tête blanche,
    Fragile et preste, a sautillé
    Sur la branche de cornouiller
    Qui vers ton large lit de feuillages mouillés
    Se penche.

     

    Mésange

     
    Et tu dors, et tu dors toujours,
    Au coin du bois profond et sourd,
    Bien que s'en viennent les abeilles
    Bourdonner jusqu'au soir à tes closes oreilles
    Et que l'on voie en tourbillons
    Rôder sur ta barbe rigide
    Un couple clair et rapide
    De papillons.

    Pourtant, voici qu'à travers ton somme
    Tu as surpris, dès l'aube, s'en aller
    Le cortège bariolé
    Des cent cloches qui vont à Rome ;
    Et, leurs clochers restant
    Muets et hésitants
    Durant ces trois longs jours et d'angoisse et d'absence,
    Tu t'éveilles en écoutant
    Régner de l'un à l'autre bout des champs
    Le silence.

     

    Pâques

     Eglise Bourbourg (59)

     

    Et secouant alors
    De ton pesant manteau que les ronces festonnent
    Les glaçons de l'hiver et les brumes d'automne,
    Frère Jacques, tu sonnes
    D'un bras si rude et fort
    Que tout se hâte aux prés et s'enfièvre aux collines
    A l'appel clair de tes matines.

    Et du bout d'un verger le coucou te répond ;
    Et l'insecte reluit de broussaille en broussaille ;
    Et les sèves sous terre immensément tressaillent ;
    Et les frondaisons d'or se propagent et font
    Que leur ombre s'incline aux vieux murs des chaumières ;
    Et le travail surgit innombrable et puissant ;
    Et le vent semble fait de mouvante lumière
    Pour frôler le bouton d'une rose trémière
    Et le front hérissé d'un pâle épi naissant.

     

    Sierck-les-Bains

    Cloche bénitier - Eglise de la Nativité à Sierck-les-Bains (57)

     

    Frère Jacques, frère Jacques
    Combien la vie entière à confiance en toi ;
    Et comme l'oiseau chante au faîte de mon toit ;
    Frère Jacques, frère Jacques,
    Rude et vaillant carillonneur de Pâques.

     

    Emile VERHAEREN - Les Blés Mouvants

     

    Fichier hébergé par Archive-Host.com

    « VertRandonnée au Pays de Lumbres (1) »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    4
    Dimanche 31 Mars 2013 à 12:25

    Quelle magnifique page (photos dans le contexte de la période et texte original qui les accompagne, je ne le connaissais pas) ... Heureuses fêtes de Pâques à toi et on entourage, un rayon de soleil chez nous mais je crois que dans certains endroits les restes de neige en attendent de l'autre ...

    Bises amicales !

    Nicole

    3
    Samedi 30 Mars 2013 à 11:46

    Très joli poème admirablement illustré bisous !

    paques.gif

    Bon week end de Pâques !

    2
    Samedi 30 Mars 2013 à 10:26

    Merci pour ces belles photos et pour le poème d'Emile Verhaeren. Petite et jusqu'à mes 17 ans, j'habitais la Meuse. On apprenait des poésies de cet auteur.
    Bon week end

    1
    Samedi 30 Mars 2013 à 06:54

    bonjour très belles photos on dirais l'hiver mais nous sommes au printemps quelle saison de pacotille cette mésange aimerais bien que la neige parte bien mimi bonnes fêtes de pâques à vous à bientôt

    laur

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :