• Colonne Blanchard

    Un p'tit clic sur les photos pour les agrandir !

     

    Colonne Blanchard 

    Forêt Domaniale de Guînes - Pas-de-Calais

     

    La colonne Blanchard s'élève au lieu-dit la Clairière du Ballon, à l'entrée de la forêt domaniale de Guînes dans le Pas-de-Calais et commémore un épisode de la conquête des airs.

     

    Colonne Blanchard

     

    Elle s'élève à l'endroit même où l'aéronaute français Jean-Pierre François Blanchard

    Colonne Blanchard

    (Source photo : Wikipédia)

     

    et le docteur américain John Jeffries

    Colonne Blanchard

    (Source photo : Boston 1775)

     

    partis de Douvres, se sont posés, le 7 janvier 1785,  après avoir réussi, les premiers, la traversée de la Manche dans un aérostat gonflé à l'hydrogène.
     

    Afin de perpétuer le souvenir de cet événement, le conseil municipal de Guines vota l'érection d'une colonne qui fut inaugurée solennellement l'année suivante.

     

    Colonne Blanchard

    Colonne Blanchard

    "Sous le règne de Louis XVI

    MDCCLXXXV (1785)

    Jean-Pierre BLANCHARD des Andélys de Normandie

    accompagné de Jean JEFFERIES anglais,

    partit du château de Douvres,

    dans un aérostat,

    le 7 Janvier à une heure et quart,

    traversa le premier les airs

    au-dessus du Pas-de-Calais

    et descendit à trois heures trois quarts,

    dans le lieu même où les habitants de Guînes,

    ont élevé cette colonne

    à la gloire des deux voyageurs.

    _______________

    Ces aéronautes ont été reçus à leur descente par

    P. Eliz. (comprendre Pierre Elizabeth) CAZIN d'Honnincthun et Louis Marie DUFOSSE

    et conduits au château de Monsieur le Vicomte DESANDROUIN

    chambellan de l'Empereur qui a posé la pierre cette

    colonne le 25 Mai 1785."

     

    Si vous avez bien lu, vous avez peut-être, comme moi, remarqué une anomalie !!!!

     

    Petit récit du voyage

    Colonne Blanchard

    (Source photo : Wikipédia)

     

    Blanchard et Jeffries
    Aller (pas) simple pour la forêt de Guînes
     
    E
    N pleine conquête des airs, deux ans après le premier « voyage » de Pilâtre de Rozier, Jean-Pierre Blanchard frappe un grand coup. Le 7 janvier 1785, il traverse la Manche en compagnie de son fidèle mécène et médecin américain John Jeffries, dans un aérostat gonflé à l’hydrogène.
     
    Physicien, aéronaute, mais avant tout inventeur, Jean-Pierre Blanchard se passionne pour les machines plus lourdes que l’air. Le jeune loup réalise un saut… en parasol, construit une voiture à pédales et des machines hydrauliques. Henry Cavendish vient de découvrir l’hydrogène et c’est ce gaz qui fera le succès du fou volant français. L’idée de voler le fait fantasmer et il n’est pas le seul. 1783, les frères Montgolfier réussissent le premier vol dans un ballon gonflé à l’air chaud. Quelques mois plus tard s’illustre le tristement célèbre Pilâtre de Rozier avec le premier voyage en montgolfière. La même année, les frères Robert et le physicien Charles mettent au point un ballon gonflé à l’hydrogène. l’exploit est en marche. Blanchard, qui travaille depuis 1781 à la construction d’un vaisseau volant, s’attache à cette volonté de réussir un vol dirigeable et non captif, d’où cette idée d’équiper la nacelle d’ailes et de gouvernails. Le 2 mars 1784, deux petites années après sa démonstration ratée à Paris qui le ridiculise, Blanchard persiste et signe. Il réussit un tour de force, sur le Champ-de-Mars, il décolle et traverse la Seine pour se poser sans s’écraser rue de Sèvres.
     
    Partir et franchir
    Septembre 1784, il rallie l’Angleterre avec le fol espoir de revenir en ballon. Quatre mois plus tard, le rêve devient réalité. Le 7 janvier 1785 au petit matin, le ciel est dégagé, la température très fraîche. En dépit de l’avis contraire des marins, Jean-Pierre Blanchard et le docteur Jeffries décident de prendre de la hauteur pour rallier les côtes françaises. Il est 13h05, le ballon à l’imperméabilité incertaine s’élève en rotation sur lui-même au-dessus du château de Douvres avec à son bord quarante-trois petits kilos d’objets et de lest. Le ballon, muni d’ailes, d’un gouvernail et d’une hélice avance lentement et perd de l’altitude de temps à autre, obligeant les deux hommes à se séparer des provisions, des ailes, du gouvernail, du moulinet, des ornements de la nacelle puis de la bouteille à ouvrir en cas de couronnement. L’aérostat qui perd encore de la hauteur, pousse le duo à un improbable striptease au-dessus de la Manche. Ne leur reste plus que leur gilet de liège. Rien n’y fait. Et c’est au moment où Jeffries se propose de se sacrifier que le ballon prend de nouveau de l’altitude. Il est quinze heures lorsque dans un dernier bond, le plus élevé du périple, le ballon franchit la côte entre les caps Gris-Nez et Blanc-Nez. Dans un dernier coup de vent, les deux aéronautes se posent tant bien que mal, sans s’écraser, dans la forêt de Guînes. Jean-Pierre Blanchard et John Jeffries viennent de réaliser la première traversée de la Manche par voie aérienne. Fort de cet exploit, le Français sera à maintes reprises sollicité pour des démonstrations à l’étranger, en Belgique, en Allemagne. Frappé d’apoplexie en vol, Blanchard décède à l’aube de sa soixante dixième ascension.

     

    (Source de ce récit : Site de la Mairie de Guînes - D'aprés le journal L'écho du Pas-de-Calais n° 101 - juin 2009)

     

    Alors cette anomalie ? Vous l'avez touvée ???

    Sur quasiment tous les documents et sites que j'ai trouvés traitant du sujet, on parle du médecin John Jeffries, américain !

    Or sur la plaque commémorative, il est gravé Jean Jefferies, anglais !!!!!!

     

    « AncreBoîte aux lettres »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    9
    Samedi 25 Janvier 2014 à 17:49

    bonjour
    je l'avais relevé ,mais quel nom est le bon?
    Il gèle et j’espère que la neige ne fera pas son apparition  durant le week-end?
    Je te souhaite de passer un bon week-end
    bisous et à lundi

    8
    Samedi 25 Janvier 2014 à 07:37
    CathyRose

    Excellente semaine !

    Grosses bises

    Cathy

    7
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 13:07

    Avec des bisous !

    6
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 09:50

    J'ai toujours aimé lire la vie des pionniers de l'aviation ! C'est passionnant ! Merci Tounette ! GBizhous et bonne journée.

     

    5
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 16:59

    Bonsoir Sandrine.Comme promis, je commence le tour des blogs pour faire un petit coucou ; ça fait longtemps ! Cette conquête de l'espace me passionne; il fallait oser aller es "balader" ainsi dans l'espace . Je te souhaite une bonne fin de semaine. A bientôt . Gros bisous . Francine Clio.

    4
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 07:38

    Je ne l'avais pas trouvée l'anomalie.... Quelle erreur, ils auraient du indiquer anglo-saxon ils ne se seraient pas trompés...

    J'espace mes commentaires pendant quelques jours, j'ai des textes à écrire pour mon autre blog (mon préféré que je délaisse car il demande beaucoup plus de temps) Quai des rimes : http://quaidesrimes.over-blog.com et nous faisons conjointement quelques travaux dans la maison. Belle journée. Bises

    3
    Mercredi 22 Janvier 2014 à 18:20

    coucou
    Encore beaucoup d’humidité dans l’air aujourd’hui ,un épais brouillard recouvre la plaine de la Saône et nous avons 0°c
    Je te souhaite de passer une bonne fin de journée
    gros bisous

    2
    Mercredi 22 Janvier 2014 à 12:03

    Un bel article et une belle colonne en hommage à ces pionniers de l'aéronautique, je n'ai pas remarqué l'erreur , bon mercredi !

    Gros bisous !

    1
    Mercredi 22 Janvier 2014 à 08:19
    JosephGuégan

    Cela paraît facile aujourd'hui, mais pour l'époque ils étaient des aventuriers.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :